2018-04-UPPAArmeeAir

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Organisation
PDF
Vous êtes ici :
  • >
  • > Signature d’une convention smart base entre l'UPPA, l’armée de l’Air et Mont-de-Marsan Agglomération

Signature d’une convention smart base entre l’armée de l’Air, l'UPPA et Mont-de-Marsan Agglomération

Partenariat favorisant le développement de formations autour de la cybersécurité et d’un centre de ressources régional dédié.

L'actualité nationale et internationale nous rappelle toutes les semaines la réalité des menaces dans le cyberespace et l’élargissement croissant du champ de leurs cibles. Il peut s’agir d’attaques mondiales (par exemple Wannacry, PetWrap ou Notpetya en 2017) ou régionales, aveugles ou focalisées, aux motivations diverses (escroquerie, espionnage, sabotage, atteintes à l’image etc.).

Pour se prémunir, une constance : la meilleure protection contre cette menace exponentielle susceptible de toucher toutes les couches de la société, de la PME aux Gafa, est humaine. Le meilleur logiciel de protection, c’est l’homme. Les meilleurs antivirus, ce sont la sensibilisation et la formation.

Partant de ce constat et conscients de leurs expertises respectives, trois acteurs de Mont-de-Marsan (Landes) unissent leurs compétences pour créer des synergies au bénéfice d’un écosystème local.

En premier lieu, la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan, haut lieu de l’expertise cyber de l’armée de l’air, avec notamment son Escadron des systèmes d’information opérationnels et de cyberdéfense (ESIOC). Une unité très expérimentée et en fort développement, pour laquelle des enjeux de recrutement et de reconversion des personnels sont récurrents.

Deuxièmement, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), présente à Mont-de-Marsan, notamment par la très reconnue licence pro "Administration et sécurité des réseaux" (ASUR) décernée par son IUT, et labellisée par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI).

Enfin, l’agglomération de Mont-de-Marsan a pour ambition de fédérer et d’animer ce partenariat naissant, d'assurer sur la base des synergies créées (fertilisation croisée entre praticiens, enseignants-chercheurs, étudiants, salariés, jeunes retraités, réserve cyber…) le lancement d’un centre de ressources régional dédié à la cyber confiance, au bénéfice de la création d’entreprise (offre de supervision au bénéfice des PME, ETI et filières stratégiques régionales, pépinière d’entreprise) et de la formation (centre de training, actions de sensibilisation etc.).

La convention dite Smart Base (1) qui a été signée le lundi 16 avril 2018, à la BA118 (2), permet de consolider la licence pro ASUR,  d‘étendre les modules sécurité cyber dans le master d‘informatique, d’organiser des alternances universitaires à la BA118, et de développer sur le territoire de nouvelles formations initiales (une nouvelle licence cyber, un Diplôme universitaire cyber) et tout au long de la vie ainsi qu’une intensification de la diplômation des acteurs de terrain par la  Validation des Acquis de l’expéricence (VAE). Comme pour la licence existante, ces formations sont destinées à être labellisées par l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information).

Parfaitement intégré dans les objectifs de la Revue stratégique de cyberdéfense qui note, encourage et soutient de telles initiatives de collectivités visant à regrouper et coordonner au niveau des territoires les compétences en matière de sécurité des systèmes d’information, ce projet de centre régional de ressources cyber de Mont de Marsan est fortement soutenu par l’ANSSI et le Conseil régional Nouvelle-Aquitaine.

(1) Cadre imaginé par l’armée de l’air pour ouvrir les bases aériennes militaires à leur environnement socio-économique local, pour mieux exploiter le capital qu’elles renferment, et en recherchant, par le biais de l’innovation, à nouer des partenariats. Après Evreux, cette convention sera la deuxième signée par l’armée de l’air.

(2) En présence notamment de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées et ancienne maire de Mont-de-Marsan, Philippe Lallement, préfet de région et de Guy Flament, délégué régional ANSSI.